Logiciel Pénibilité au travail : Diagnostic, Gestion et Pilotage simple et intuitif avec Sistéos


- Définir des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
- Définir de seuils, limites, intensités, durées quotidiennes et/ou hebdomadaires ou fréquences d’exposition
- Définir les cotations de la pénibilité des emplois de l’organisation
- Mettre en place des plans d’actions

Une interface simple et intuitive pour évaluer les risques liés à la pénibilité de vos emplois

– Définir des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
– Définir de seuils, limites, intensités, durées quotidiennes et/ou hebdomadaires ou fréquences d’exposition
– Capitaliser des mesures de prévention techniques ou organisationnelles et les moyens de protection collective déjà en place
– Définir les cotations de la pénibilité des emplois de l’organisation
– Mettre en place des plans d’actions

Demander une démo en 30s

Une interface simple et intuitive pour évaluer les risques liés à la pénibilité de vos emplois

Découvrez votre logiciel Pénibilité au travail en 2 minutes

Découvrez votre logiciel Pénibilité au travail en 2 minutes

Découvrez votre logiciel Pénibilité au travail en 2 minutes

Grâce au module pénibilité de votre logiciel SISTÉOS, vous pourrez :

  • Définir des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Définir des seuils, limites, intensités, durées quotidiennes et/ou hebdomadaires ou fréquences d’exposition
  • Capitaliser des mesures de prévention techniques ou organisationnelles et les moyens de protection collective déjà en place
  • Définir les cotations de la pénibilité des emplois de l’organisation
  • Mettre en place des plans d’actions

1. Diagnostiquer la pénibilité au travail

  • Définition des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Mesure des seuils, intensités, durées, fréquences d’exposition
  • Gradation des cotations des facteurs de pénibilité au travail
  • Éditer des fiches d’exposition par emploi avec les actions mises en place
  • Évaluer les risques de tous vos emplois ainsi que les moyens de prévention possibles

2. Déterminer des plans d’actions en fonction des risques par emploi

  • Planification des actions de prévention
  • Mise en œuvre et suivi des plans d’action
  • Gestion d’état d’avancement des plans d’action et de l’atteinte des objectifs fixés

3. Piloter et gérer vos plans d’actions

  • Évaluer et mesurer l’efficacité des actions et l’amélioration des performances grâce à des tableaux de bord et graphiques visuels

Longtemps minimisée, la pénibilité au travail fait désormais partie de la réglementation de chaque profession. Bien entendu, certains métiers sont davantage exposés aux risques d’une pénibilité professionnelle, voire même à une exposition multiple (travail de nuit et port de charges lourdes, rotation d’équipe régulière dans un métier avec une température élevée…).

Les conditions de travail, qui peuvent parfois être inadaptées, ont tendance à accentuer la pénibilité au travail. Si les professions réputées « difficiles » (par exemple avec des ports de charges lourdes, des gestes répétitifs ou encore des changements réguliers d’horaires) accentuent les sensations d’inconforts sur son poste de travail, l’âge du salarié est également un critère qui rentre en ligne de compte.

À l’approche de la retraite, la santé est plus fragile, on est davantage touché par d’éventuelles douleurs chroniques ou troubles musculo-squelettiques. Ainsi, l’employeur doit rester particulièrement vigilant et respecter les réglementations liées à la pénibilité du travail, notamment lorsque ses salariés sont exposés à des facteurs aggravants, précisés par l’article D4161-1 du Code du Travail.

En outre, un salarié qui s’estime exposé à des risques de pénibilité au travail peut en aviser son employeur de manière légale, afin que ce dernier propose des solutions pour limiter ce désagrément lorsque cela est possible. S’il fait la sourde oreille, l’employé pourra éventuellement se rapprocher d’un avocat pour faire valoir ses droits.

Enfin, sachez que les métiers aux conditions de travail pénibles ouvrent droit à des points de retraite supplémentaires. Même si chaque calcul de retraite est à réaliser au cas par cas, la pénibilité au travail reconnue augmente la valeur du point de trimestre cotisé. Autrement dit, un salarié exerçant un travail pénible pourra travailler moins longtemps pour toucher sa retraite à taux plein.

Grâce au module pénibilité de votre logiciel SISTÉOS, vous pourrez :

  • Définir des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Définir des seuils, limites, intensités, durées quotidiennes et/ou hebdomadaires ou fréquences d’exposition
  • Capitaliser des mesures de prévention techniques ou organisationnelles et les moyens de protection collective déjà en place
  • Définir les cotations de la pénibilité des emplois de l’organisation
  • Mettre en place des plans d’actions

1. Diagnostiquer la pénibilité au travail

  • Définition des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Mesure des seuils, intensités, durées, fréquences d’exposition
  • Gradation des cotations des facteurs de pénibilité au travail
  • Éditer des fiches d’exposition par emploi avec les actions mises en place
  • Évaluer les risques de tous vos emplois ainsi que les moyens de prévention possibles

2. Déterminer des plans d’actions en fonction des risques par emploi

  • Planification des actions de prévention
  • Mise en œuvre et suivi des plans d’action
  • Gestion d’état d’avancement des plans d’action et de l’atteinte des objectifs fixés

3. Piloter et gérer vos plans d’actions

  • Évaluer et mesurer l’efficacité des actions et l’amélioration des performances grâce à des tableaux de bord et graphiques visuels

Longtemps minimisée, la pénibilité au travail fait désormais partie de la réglementation de chaque profession. Bien entendu, certains métiers sont davantage exposés aux risques d’une pénibilité professionnelle, voire même à une exposition multiple (travail de nuit et port de charges lourdes, rotation d’équipe régulière dans un métier avec une température élevée…).

Les conditions de travail, qui peuvent parfois être inadaptées, ont tendance à accentuer la pénibilité au travail. Si les professions réputées « difficiles » (par exemple avec des ports de charges lourdes, des gestes répétitifs ou encore des changements réguliers d’horaires) accentuent les sensations d’inconforts sur son poste de travail, l’âge du salarié est également un critère qui rentre en ligne de compte.

À l’approche de la retraite, la santé est plus fragile, on est davantage touché par d’éventuelles douleurs chroniques ou troubles musculo-squelettiques. Ainsi, l’employeur doit rester particulièrement vigilant et respecter les réglementations liées à la pénibilité du travail, notamment lorsque ses salariés sont exposés à des facteurs aggravants, précisés par l’article D4161-1 du Code du Travail.

En outre, un salarié qui s’estime exposé à des risques de pénibilité au travail peut en aviser son employeur de manière légale, afin que ce dernier propose des solutions pour limiter ce désagrément lorsque cela est possible. S’il fait la sourde oreille, l’employé pourra éventuellement se rapprocher d’un avocat pour faire valoir ses droits.

Enfin, sachez que les métiers aux conditions de travail pénibles ouvrent droit à des points de retraite supplémentaires. Même si chaque calcul de retraite est à réaliser au cas par cas, la pénibilité au travail reconnue augmente la valeur du point de trimestre cotisé. Autrement dit, un salarié exerçant un travail pénible pourra travailler moins longtemps pour toucher sa retraite à taux plein.

Grâce au module pénibilité de votre logiciel SISTÉOS, vous pourrez :

  • Définir des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Définir des seuils, limites, intensités, durées quotidiennes et/ou hebdomadaires ou fréquences d’exposition
  • Capitaliser des mesures de prévention techniques ou organisationnelles et les moyens de protection collective déjà en place
  • Définir les cotations de la pénibilité des emplois de l’organisation
  • Mettre en place des plans d’actions

1. Diagnostiquer la pénibilité au travail

  • Définition des facteurs de pénibilité éligibles au sein de votre organisation
  • Mesure des seuils, intensités, durées, fréquences d’exposition
  • Gradation des cotations des facteurs de pénibilité au travail
  • Éditer des fiches d’exposition par emploi avec les actions mises en place
  • Évaluer les risques de tous vos emplois ainsi que les moyens de prévention possibles

2. Déterminer des plans d’actions en fonction des risques par emploi

  • Planification des actions de prévention
  • Mise en œuvre et suivi des plans d’action
  • Gestion d’état d’avancement des plans d’action et de l’atteinte des objectifs fixés

3. Piloter et gérer vos plans d’actions

  • Évaluer et mesurer l’efficacité des actions et l’amélioration des performances grâce à des tableaux de bord et graphiques visuels

Longtemps minimisée, la pénibilité au travail fait désormais partie de la réglementation de chaque profession. Bien entendu, certains métiers sont davantage exposés aux risques d’une pénibilité professionnelle, voire même à une exposition multiple (travail de nuit et port de charges lourdes, rotation d’équipe régulière dans un métier avec une température élevée…).

Les conditions de travail, qui peuvent parfois être inadaptées, ont tendance à accentuer la pénibilité au travail. Si les professions réputées « difficiles » (par exemple avec des ports de charges lourdes, des gestes répétitifs ou encore des changements réguliers d’horaires) accentuent les sensations d’inconforts sur son poste de travail, l’âge du salarié est également un critère qui rentre en ligne de compte.

À l’approche de la retraite, la santé est plus fragile, on est davantage touché par d’éventuelles douleurs chroniques ou troubles musculo-squelettiques. Ainsi, l’employeur doit rester particulièrement vigilant et respecter les réglementations liées à la pénibilité du travail, notamment lorsque ses salariés sont exposés à des facteurs aggravants, précisés par l’article D4161-1 du Code du Travail.

En outre, un salarié qui s’estime exposé à des risques de pénibilité au travail peut en aviser son employeur de manière légale, afin que ce dernier propose des solutions pour limiter ce désagrément lorsque cela est possible. S’il fait la sourde oreille, l’employé pourra éventuellement se rapprocher d’un avocat pour faire valoir ses droits.

Enfin, sachez que les métiers aux conditions de travail pénibles ouvrent droit à des points de retraite supplémentaires. Même si chaque calcul de retraite est à réaliser au cas par cas, la pénibilité au travail reconnue augmente la valeur du point de trimestre cotisé. Autrement dit, un salarié exerçant un travail pénible pourra travailler moins longtemps pour toucher sa retraite à taux plein.

Demandez une démo en 30s

Testez nos logiciels RH pendant 30 jours, gratuitement.

Je profite de mon essai gratuit
Notre site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter